lundi 29 octobre 2012

Le Jeu à Saint-Herblain

La ville de Saint-Herblain lance une étude pour conforter sa culture du jeu. Elle souhaite aujourd'hui redéfinir en profondeur les orientations des ludothèques et, plus largement s'interroger sur le rôle du jeu dans ses actions en direction des herblinois.
Cette réflexion lancée cet été s'est poursuivie le mercredi 17 octobre 012 lors d'une conférence de lancement de l'étude prospective sur la place du jeu et des ludothèques à Saint-Herblain.



Aussi pour compléter cette étude, la ville souhaite mieux connaître vos attentes concernant les ludothèques afin de vous proposer un service le plus adapté possible. C'est pourquoi un questionnaire, disponible dans plusieurs lieux herblinois, va permettre de recueillir vos pratiques et vos besoins.

Où trouver et déposer ce questionnaire :

Accueil mairie principale
Cinéma Lutétia
Ludothèque Haute Chaussée
Ludothèque municipale
CSC Bernardière
Maison des arts
Piscine Ernest Renant
Complexe sportif du Vigneau
CSC Soleil Levant
Ludothèque du Soleil Levant
Médiathèque Hermeland
CSC Sillon
Mairie annexe des Thébaudières
Accueil direction de l'éducation
Bibliothèque du Bourg

lundi 15 octobre 2012

Le Jeu de rôle

                                                                                                                                                                     South Park The Game / THQ

Une brève histoire du jeu de rôle

"On dirait que je serais le cow-boy, et toi l'indien"
 Jouer à faire semblant est une activité spontanée : les figurines, les déguisements, les poupées, et les petits véhicules que l'on trouve en ludothèque le permettent à leur manière. Avec des soldats de plombs ou des maquettes réduites, il est possible par exemple de jouer à diriger des armées qui s'affrontent dans des "jeux de guerre" (parfois nommés "wargames"). Les figurines déplacées pendant les parties sont synonymes de décisions militaires.

A l'origine, ces "jeux de guerre" simulaient exclusivement des guerres historiques. C'est pourquoi Chainmail (Côte de Maille), le jeu conçu par l'Américain Ernest Gary Gygax (plus souvent appelé Gary Gygax - 1938-2008) avec Jeff Perren est novateur. En effet, ce jeu de guerre ne se déroule plus dans notre passé, mais dans des mondes imaginaires librement inspirés des Terres du Milieu de John Ronald Reuel Tolkien.
Dave Arneson montra qu'une autre particularité  de Chainmail, en dehors de son aspect fantastique est de pouvoir jouer des combats "un contre un" et non plus une armée contre une autre. Gygax et Arneson créèrent ensuite Donjons et Dragons. La grande nouveauté réside dans le fait qu'en plus de jouer les combats entre les figurines, les autres décisions sont prises par les "personnages" (les couloirs à visiter, attaquer ou pas tel ou tel château). Avec Donjons et Dragons, on introduit la notion de "jeu de rôle". Nous sommes en 1974.


Comment ça marche un jeu de rôle ?

Pour faire simple, c'est un jeu... dans lequel... on joue un rôle. Dans Donjons et Dragons le joueur est un aventurier qui évolue au sein d'un Moyen-Age magique parsemé de créatures fantastiques. Dans d'autres, on devient enquêteur de l'époque contemporaine. Les choix des rôles et des ambiances, sont aussi variés que les personnages et les univers appartenant à la littérature ou au cinéma.
Pour résumer, dans un jeu de rôle, un joueur (appelé "MJ", c'est à dire meneur de jeu) propose un contexte, une histoire à faire jouer aux autres.


Un exemple de jeu de rôle
  • Le contexte dit par le meneur de jeu :
"L'histoire se passe dans le Far West à l'époque de la Conquête de l'Ouest"
  • Les personnages imaginés par les joueurs et qui feront partie de ce récit :
-"J'incarnerai Mad Malcolm MacCallum, ancien pistolero désormais rangé du côté de la loi..."
-"Et moi je serai Edwyn Withtakker, journaliste et écrivain en mal d'inspiration. Je suivrai des aventuriers de l'ouest pour raconter leurs aventures..."
-"Moi je serai Jessica Andrew, une trappeuse très cultivée..."
-"Je vais jouer le rôle d'Aleshanee, dont toute la tribu a été décimée. Je serai cette indienne élevée chez les Blancs..."
  • Le savoir-faire des personnages. 
Malcolm MacCallum sera très bon avec un pistolet. Il se débrouillera à cheval mais connaîtra peu les mœurs des Indiens.
Edwyn Withtakker sera très mal à l'aise à l'extérieur mais disposera de compétences de citadines.
Jessica Andrew et Aleshanee se débrouilleront très bien dans la nature sauvage. Elles auront toutes deux conservées des souvenirs de leur enfance : l'une son éducation avancée et l'autre son aisance avec les us et coutumes indiens.
Ces compétences sont déterminées par les règles du jeu et permettront par la suite de déterminer si une action tentée est réussie.
  • Chaque personnage a également sa personnalité.
Le joueur d'Edwyn Withtakker en fera un personnage propret, mal à l'aise dans l'ouest Sauvage, mais très imbu de sa prétendue supériorité de citadin. Un vrai "Pied Tendre".
Le même joueur, lors d'un autre jeu plutôt orienté "aventure des années 1930" sera un dur, un baroudeur, un pilote et un mercenaire. Son personnage dans un jeu de type "Donjons et Dragons" pourrait être à la fois un homme des bois et un meneur d'hommes.


  • L'intrigue proposée par le "MJ" avance en fonction des propositions des joueurs.
"Vous êtes à bord de la diligence qui va de Daisy Town à Border City. Soudain vous entendez un choc sourd à l'avant, à la place du conducteur, et la diligence commence à sortir de la route"
Les réactions des personnages peuvent être diverses : de sortir de la diligence par la fenêtre, passer par le toit pour s'emparer des rennes et maîtriser les chevaux ou au contraire sauter de la diligence en marche.
  • L'histoire évolue alors en fonction des tentatives des personnages, de la réussite ou de l'échec de ces dernières.
Après avoir échappés à l'emballement des chevaux de la diligence, les héros de l'histoire peuvent tenter de comprendre pourquoi le conducteur s'est effondré, ce qui lui est arrivé, pourquoi on lui a fait ça.
  • Les joueurs construisent donc ensemble le récit en fonction de la personnalité de leurs personnages. 
  • Il n'y a généralement pas de gagnants dans une partie de jeu de rôle.
Par exemple, Malcolm MacCallum, Edwyn Withtakker, Jessica Andrews et Aleshanee réussissent à faire arrêter le shérif de Border City responsable de l'empoisonnement du conducteur. Peut-être réussissent-ils seulement à identifier le coupable sans obtenir de preuves ou du moins sans convaincre le Marshall d'arrêter un shérif ? Peut-être doivent-ils fuir Border City si le shérif profite de sa position pour les faire accuser ?
  • Les aventures peuvent ainsi se suivre.
Après avoir enquêté sur l'empoisonnement du conducteur et fait arrêter le shérif, les personnages peuvent tenter de remettre la main sur lui après son évasion avant qu'il ne rejoigne Boston où une riche vieille dame l'attend pour récupérer l'acte de propriété d'une mine d'or.

  • Les actions tentées par les personnages sont résolues en fonction de leurs compétences, généralement en jetant des dés.
     

Il sera plus facile pour Malcolm MacCallum d'affronter en duel le shérif corrompu au revolver. En revanche, Edwyn Withtakker le Pied Tendre ne sait pas se servir d'un six coups. Il n'empêche qu'il pourrait tirer mieux, et plus vite, que le shérif. Les dés, en fonction des règles, disent si l'action tentée est réussie ou pas. Aleshanee, dans la diligence emballée, peut tenter de passer de l'intérieur de la cabine à la place du conducteur, pourvu qu'elle soit suffisamment agile... et que les dés soient favorable à la joueuse. Puis elle tentera de maîtriser les chevaux.
  • Evidemment, tout ne se résout pas avec les règles. Convaincre quelqu'un se fait, dans la plupart des jeux, avant tout avec les mots que les joueurs choisissent de faire prononcer par leur personnage.  
Il existe de nombreux jeux de rôles, dans des ambiances différentes, aux règles variées. Certains reproduisent des univers créés en littérature,en cinéma ou  à la télévision (comme "L'appel de Cthulhu" très largement inspiré des œuvres de Howard Philipp Lovecraft). D'autres créent leurs propres univers de jeu et des groupes de joueurs pensent leurs propres règles.


Le Festival des Jeux a déjà offert au public l'occasion de s'initier au jeu de rôle et certaines années, il a proposé pour un public de joueurs déjà initiés de se rencontrer autour de parties plus longues.


lundi 1 octobre 2012

Le jeu, c'est du sérieux !

Une véritable culture du jeu s’est constituée au fil des années dans la commune. La Ville souhaite la conforter, consciente que le jeu est un formidable outil au service du vivre ensemble.

Saint-Herblain, ville du jeu ? Voyons ce qu’elle a en main… Quatre ludothèques sont implantées dans les grands quartiers et proposent au prêt des jeux à destination de tous les publics. Le Festival des jeux (ex-Faites vos jeux) compte 22 ans d’existence et s’affiche comme l’une des toutes premières manifestations du genre en France. Un blog témoigne de la riche actualité du jeu dans la commune et au-delà de ses frontières. Dans les écoles et les accueils de loisir, le jeu occupe une place prépondérante. Il contribue enfin à la réussite de nombreux événements herblinois : fêtes de quartier, manifestations municipales ou associatives...
Autant d’atouts qui prouvent qu’une véritable culture du jeu s’est constituée à Saint-Herblain. « C’est à la fois un outil de cohésion sociale et un objet de culture, souligne Jean-François Tallio, adjoint à la culture. Social, parce qu’il fait le lien entre les plus jeunes, entre les générations, il est présent dans les événements festifs. Culturel, parce que le jeu véhicule des valeurs et des émotions, il témoigne de son temps, il nous dévoile d’autres civilisations, d’autres cultures. » Le jeu est aussi un outil d’apprentissage, qui développe l’imaginaire des enfants et leur apprend à vivre et agir en société.
En ne négligeant aucun de ces aspects, la municipalité herblinoise décide désormais des règles du jeu. Auparavant gérées par Espace animation, les quatre ludothèques sont pilotées depuis septembre 2011 par la Ville, au travers de la Bibliothèque et du service enfance et famille. Cette première année a été marquée par quelques adaptations : rôle de chaque établissement, agrandissement de la Biludo devenue ludothèque municipale, réorganisation du prêt, aménagement des horaires en lien avec les effectifs...
La Ville souhaite aujourd’hui redéfinir en profondeur les orientations des ludothèques et, plus largement, s’interroger sur la place du jeu dans ses actions en direction des habitants. Une réflexion a été lancée au début de l’été, associant les services municipaux, des spécialistes du jeu, des représentants du monde associatif, des assistantes maternelles... Elle débouchera début 2013 sur un plan d’actions concrètes.
Cette année 2013 sera d’ailleurs une année faste pour le jeu à Saint-Herblain. Elle verra s’ouvrir la nouvelle médiathèque Sillon. Une conférence sera proposée dans le cadre de Place Publique, sur le thème « Le jeu, créateur de lien social », lors de la quinzaine du Festival des jeux. Un festival qui fêtera sa 22e édition sur le thème de la mer. Une convention devrait enfin être signée entre la Ville et la Maison des Jeux de Nantes, toujours pour développer la place du jeu à Saint-Herblain.

Une alchimie qui fonctionne toute l'année

Trois questions à Jean-François Tallio, adjoint à la culture


Quelle est la place du jeu à Saint-Herblain ?

Centrale ! Je crois que le festival a joué un rôle de catalyseur. Il s’appuie sur des ludothèques réparties dans la ville, mais aussi les bénévoles des associations, les centres socioculturels. Cette alchimie, qui fonctionne toute l’année, est très intéressante. Je note aussi que la fréquentation a augmenté à la ludothèque municipale : les familles ont répondu présent à notre politique de qualité de l’offre, avec plus d’espace, plus de jeux, plus d’animateurs… Ces succès reposent aussi sur les agents, qui sont de très bons professionnels, des passionnés du jeu.

En revanche, suite à leur municipalisation, certaines ludothèques ont diminué leurs heures d’ouverture…

Deux ludothèques, Soleil Levant et Haute-Chaussée, sont concernées et cela a donné lieu à quelques incompréhensions. On a visé la qualité là où on nous attendait aussi sur la quantité. Mais la Ville a entendu les usagers et a décidé d’élargir les horaires : en septembre, il y aura des propositions tous les mercredis. D’autres ajustements suivront si nécessaire en janvier.

La Ville vient de lancer une étude sur le jeu à Saint-Herblain. qu’en attendez-vous ?

Il s’agit d’abord d’un état des lieux, pour mieux connaître les acteurs, les énergies, les publics. On pourra ensuite se projeter ensemble, définir ce que l’on veut faire avec le jeu. Nous avons déjà quelques pistes de réflexion : développer le jeu en lien avec les écoles, les associations qui oeuvrent dans l’intergénérationnel, et surtout les CSC qui ont un rôle de premier plan dans l’animation du territoire. Nous avons besoin de tous ces participants. Non pas pour faire du « chiffre », mais de la qualité.

Les ludothèques : au bonheur des petits


La commune compte quatre ludothèques. Et l'histoire continue en 2013 avec l’ouverture d’une ludothèque spécialisée dans la future médiathèque Sillon.

Playmobils, jeux de société ou de construction, châteaux, dînettes, petites voitures et déguisements… Les ludothèques herblinoises sont de véritables cavernes au trésor pour les enfants, qui peuvent jouer sur place ou emprunter jeux et jouets pour une durée déterminée.
Dans le quartier Bourg, celle de la Haute-Chaussée accueille les petits à raison d’une centaine chaque mercredi. «Une quarantaine peuvent y jouer en même temps. « C’est le maximum car au-delà, on ne peut plus être dans la qualité, créer une bonne relation », souligne la responsable, Gwenaëlle Chevalier. La structure, pilotée par le service enfance et famille de la Ville, est particulièrement fréquentée par les assistantes maternelles – le RAM est tout proche.
La ludothèque fonctionne par ailleurs en réseau et sur la base de partenariats avec la Bibliothèque, le CSC du Bourg… et n’hésite pas à sortir de ses murs. Elle intervient ainsi de manière ponctuelle dans le quartier de la Changetterie, pour proposer des animations autour du jeu.
Dans le quartier Nord, les habitants bénéficieront au 1er trimestre 2013 d’un nouvel espace consacré au jeu dans la médiathèque Sillon, lovée dans le Grand passage. Ses horaires seront élargis par rapport à la structure abritée actuellement au centre socioculturel : « Le public pourra y accéder sur les temps du midi et le samedi », explique Virginie Fouchard, responsable des ludothèques à Saint-Herblain, avant de préciser que « la nouvelle médiathèque sillon s’adresse, principalement, à un public d’adolescents, de jeunes adultes et d’adultes ».
Le jeu y aura une place de choix, avec une spécialisation dans les jeux de société et jeux vidéo, proposés en prêt et au jeu sur place. Des ordinateurs et consoles mis à disposition permettront le jeu en solo ou en réseau, et des temps de jeux spécifiques seront proposés autour de certains titres.

 

Les ludothèques côté pratique


*Ludothèque municipale, 11 rue de Dijon (CSC de la Bernardière), tél. 02 28 25 22 93.
Ouverture les lundi, mardi et vendredi, 14 h 00 à 19 h 00,
le mercredi 10 h 00 à 12 h 00 et 14 h 00 à 19 h 00.

*Ludothèque Sillon, 12 avenue des Thébaudières (CSC du Sillon de Bretagne),
tél. 02 28 25 25 51.
Ouverture mardi 16 h 00 à 19 h 00, mercredi 10 h 00 à 12 h 00 et 14 h 00 à 19 h 00, vendredi 16 h 00 à 19 h 00.

*Ludothèque Haute-Chaussée, 14 placis George-Sand, tél. 02 40 86 79 61. 
Ouverture mercredi 9 h 30à12 h 00 et 15 h 00 à 18 h 00, jeudi 16 h 00 à 18 h 00.

*Ludothèque Soleil Levant, 38 rue de la Blanche, tél. 02 28 03 57 86.
Ouverture mardi 16 h 00 à 18 h 00, mercredi 9 h 30 à 12 h 00 et 15 h 00 à 18 h 00.

Conditions d’emprunt : la carte du réseau des bibliothèques municipales de Saint-Herblain permet d’emprunter jusqu’à dix jeux pour une durée de trois semaines. Elle est gratuite pour les Herblinois.

Le Festival des jeux rafle la mise



Ex-Faites vos jeux, la manifestation voit sa fréquentation augmenter chaque année. L’édition 2013 aura lieu du 25 février au 10 mars.

En 1991, deux animateurs des ludothèques herblinoises, Philippe Epron et Roselyne Salaün, imaginaient un temps fort d’une semaine autour du jeu dans la commune. L’acte de naissance de Faites vos jeux, festival promis à un bel avenir.
« C’est un projet qui a progressé à son rythme, au fil des années. nous sommes passés d’une à deux semaines d’animation dans les ludothèques, puis on a mis en place le week-end « temps fort » à la Carrière en 2000, qui nous a permis de toucher un public plus adulte. Le prix Double 6, apparu trois ans plus tard en partenariat avec la Maison des jeux de Nantes, couronne un jeu de société », raconte Bertrand Ollivier, cheville ouvrière du festival.
Renommée Festival des jeux, la manifestation s’est hissée parmi les premières du genre au niveau national. 3 000 personnes ont fréquenté le week-end à la Carrière lors de l’édition 2012, un record. Nouveauté qui a contribué à asseoir sa notoriété au-delà de l’agglomération nantaise, le prix Double 6 s’est joué dans tous les Pays de la Loire grâce à un partenariat avec l’antenne régionale de l’Association des ludothèques françaises.
La spécificité du festival herblinois est qu’il positionne clairement le jeu comme objet de culture. « Ce n’est pas une manifestation par ou pour l’industrie du jeu, insiste Bertrand Ollivier. Notre approche est familiale, sociale, intergénérationnelle. nous sommes plutôt intéressés par la mise en place de partenariats, l’animation des territoires…» Jean-François Tallio souligne à ce propos que le festival « contribue à l’intercommunalité, certaines de ses actions associant Indre ».

Textes : Pierre-Yves Lange
Photos : Stéphanie Fuentes et le service communication de la ville de Saint-Herblain